Galerie

Une arabe israélienne dénonce l’apartheid anti-Israël

Transcription

Présentatrice : Nous allons faire passer le studio en duplex pour joindre une volontaire pour Stand With Us, qui devrait nous joindre maintenant. Rania Fadel ? Merci beaucoup d’être ici, Rania.
Rania Fadel : Merci.
Présentatrice : Rania, vous êtes étudiante, et membre de la communauté arabe israélienne. Pourquoi avez-vous décidé de vous porter volontaire pour Stand With Us ?
Rania Fadel : Pourquoi ? Parce qu’avant tout c’est mon pays. Il est tout à fait normal et naturel de se joindre à Stand With Us et de défendre mon pays, et de représenter de la meilleure manière la réalité de mon pays.
Présentatrice : C’est intéressant et un point crucial, si j’ose dire, si vous dites qu’Israël est votre pays, parce que vous savez que ce n’est pas un sentiment qui est partagé par tous les Arabes israéliens de votre communauté. Donc vous vous sentez faire partie d’Israël dans votre vie quotidienne, et en tant qu’étudiante ? Vous vous sentez comme une Israélienne ?
Rania Fadel : Israël est une démocratie, donc tout le monde peut dire ce qu’il ressent et ce qu’il pense, et je pense que c’est le bon point en Israël : j’ai le droit de dire que je fais partie d’Israël, et d’autres ont le droit de dire qu’ils n’en font pas partie. Mais je ne crois pas qu’ils le disent tant que ça, non.
Présentatrice : D’accord, mais que dites-vous quand, en tant que volontaire pour Stand With Us, les gens vous affirment qu’Israël est une société d’apartheid, ou un pays d’apartheid ?
Rania Fadel : Eh bien, tout d’abord, n’importe qui prétendant qu’Israël est un apartheid est dans un de ces deux cas : soit il ment, soit il ne sait vraiment pas ce qu’est l’apartheid, ou bien n’est jamais allé en Israël. Je suggère à ces gens de venir en Israël, ou d’écouter les gens comme moi, pour connaître davantage la réalité israélienne. Nous avons de la diversité, et nous sommes une communauté très plurielle, et nous avons beaucoup de mixité sociale. Donc ce n’est pas vrai.
Présentatrice : OK, et quelles que soient les ambitions personnelles que vous avez, ambitions professionnelles je veux dire, si vous vouliez être juge de la Cour Suprême, ou membre de la Knesset, pensez-vous qu’il y aurait des obstacles ?
Rania Fadel : Tout d’abord, je suis content d’avoir le droit de choisir ce que je veux être. Je ne crois pas que dans les pays arabes il y ait vraiment ce droit. Donc peut-être à l’avenir !
Présentatrice : OK, nous vous souhaitons les meilleures chances ! Rania Fadel, merci beaucoup d’avoir été avec nous aujourd’hui.
Rania Fadel : Merci. »

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s