Galerie

Attentat: un journaliste turc dénonce le silence de son Premier ministre

L’attentat d’Itamar n’a pas ému plus que cela à l’étranger. La catastrophe japonaise y est sans doute pour quelque chose, mais cela n’explique pas tout. Les citoyens et les dirigeants du monde ne prêtent pas attention aux choses qui leur semblent naturelles, comme le fait que des Arabes tuent des Juifs. Un chien qui mord un homme, quoi de plus banal.
Mais Burak Bekdil, journaliste turc du journal populaire « Hurriyet » a signé un article très critique envers son Premier ministre Recep Tayyip Erdogan, lui reprochant son silence et lui demandant « s’il allait proclamer ‘Tu ne tueras pas’ en langue arabe comme il l’avait fait en hébreu l’an passé » !
Le journaliste se réfère à un grand meeting auquel participait Erdogan, et lors duquel, avec sa fougue habituelle et devant une foule enthousiaste, il s’était attaqué à Israël, l’accusant de « crimes de guerre : « Ces gens voient une menace même dans un bébé qui dort dans son berceau ! Ils ont tué des bébés dans les bras de leurs mères, ces gens, ce sont évidemment les Israéliens ! » « Vous ne comprenez toujours pas ? » avait-il poursuivi, avant de proclamer sous les ovations: « Et bien je vais vous le dire en anglais et en hébreu : Tu ne tueras point ! » Les Kurdes du Turquie et d’Irak avaient d’ailleurs apprécié ce discours inhabituel de leur persécuteur impitoyable !
Burak Bakdil « s’étonne » dans son article « du soudain silence d’Erdogan » face au meurtre prémédité et particulièrement atroce de la famille Fogel, surtout quand on sait que la mort de civils arabes palestiniens lors de l’Opération « Plomb Durci » furent toujours involontaires et suivies de regrets de las part des autorités israéliennes. « Je suis curieux de savoir », écrit Bakdil, « quel était le grade militaire de ce bébé de trois mois. Capitaine ? Lieutenant-colonel ? Général ? » Il rappelle que lors de discours précédents, le premier ministre turc avait déclaré « que sa colère face à la mort d’enfants était la même, quelle que soit leur religion ou leur race. Un enfant est un enfant ». « Mais depuis samedi dernier », constate Bakdil, « le Premier ministre est étrangement silencieux, et il n’a pas dit ‘tu ne tueras point’ en langue arabe et il ne le dira d’ailleurs pas ».  « Ce n’est pas étonnant » conclut le courageux journaliste, « car nous n’avons jamais entendu par le passé Erdogan condamner l’assassinat d’enfants ou de civils innocents, que ce soit à Itamar ou n’importe où en Israël ».

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s