Galerie

Tu étais dans le convoi 67…

Par Eve P.

Tu t’appelais Perla Kapsuto, tu avais 36 ans, ton mari, Jacques, avait 43 ans. tes fils, Albert, 10 ans et Jean, 4 ans. Vous habitiez à Paris 20 ème, au 1 de la rue Charles Robert.
Un jour de janvier 1944, un autobus est venu vous chercher. Une voisine, t’a supplié de lui laisser tes enfants, mais, tu ne pouvais et ne voulais pas croire …
Le bus, vous a emmené ….
Sais tu pendant combien de temps, mon père vous a recherché ? Combien de portes a t-il poussé ? Combien de lettres a t-il envoyés ?
Tu étais sa sœur, tu étais ma tante.
Papa, il était dans la résistance, et il te l’avait pourtant dit de partir, de vous sauver là où la France était encore libre, mais personne ne l’a écouté. Il est vrai, ma tante, que personne ne pouvait imaginer…
Alors pour dire que tu as existé, pour mon devoir de mémoire et aussi pour mon père qui est maintenant décédé depuis 12 ans , moi aussi, je vous ai recherché…  J’ai écris, au mémorial de la Shoah. J’ai écris à Yad Vachem.  J’ai cherché des documents. Tu sais, Tante Perla, je les ai attendu ces réponses… elles ne sont jamais venues…
Aujourd’hui, c’est Pourim en Israël, chacun se réjouit, les pétards résonnent dans tous les coins, on se délecte de toutes ces merveilleuses pâtisseries dont les recettes viennent de si loin…
Mon nom hébraïque est Esther, est ce un hasard si aujourd’hui, je reçois un cadeau ? Peut-on appeler un cadeau le fait de pouvoir enfin honorer son sang, de savoir enfin …?
Le cadeau m’est venu d’Israël, de Joseph, un ami, il a enfin retrouvé votre trace …
Je sais, aujourd’hui tante Perla…
Je sais que toi, mon oncle Jacques et les petits Albert et Jean ont été emmenés dans un bus le 12 janvier 1944 au camp de Drancy.
Après quelque jours, on vous a rassemblés derrière des barbelés, vous aviez si peur…  Une prison dans la prison…Pour vous déshonorer davantage, on vous a tondu.
On vous a chargés comme du mauvais bétail dans des camions. Les cris, les hurlements qui fusaient au démarrage brusque des voitures, les petits qui appelaient "maman, maman". Puis, le noir, la faim, et là, c’était la terreur …
Ensuite, dans un wagon à bestiaux, on vous emmené…
Convoi 67, le 3 février 1944 pour Auschwitz-Birkenau
Vous étiez 1214 déportés dont :
184 enfants de moins de 18 ans dont :
4 bébés
9 enfants de 1 an
5 enfants de 2 ans
4 enfants de 3 ans
8 enfants de 4 ans, etc.…
– 14 octogénaires
Au total :
662 de sexe masculin
– 552 de sexe féminin
Dans ce convoi, se trouvaient les trois jeunes garçons du collège d’Avon arrêtés avec leur professeur le père Jacques, le 15 janvier 1944
Tu sais, Tante Perla, ce  drame a inspiré le film de Louis Malle “Au revoir les enfants”.
Il y avait aussi avec toi, le grand rabbin de Strasbourg, René Hirschler,  et aussi une femme avec ses 7 enfants de 2 à 15 ans.
Le voyage a duré 3 interminables jours pour arriver au camps d’extermination  le 6 février 1944…
985 personnes furent gazé, brûlées dès leur arrivée.
166 hommes, 49 femmes, furent «sélectionnés» pour le travail.
En 1945, il y avait 43 survivants dont 23 femmes épargnés dans un premier temps.
26 d’entre vous ont survécut à la libération du camp
Tu sais, ma tante,  je t’écris aujourd’hui pour que tu puisses enfin trouver la paix, vous n’êtes plus seuls…
Je ne t’ai pas connu, toi, mon oncle et les petits, mais vous êtes dans mon cœur, dans notre cœur…  Vous avez rejoins aujourd’hui toutes les étoiles qui se sont éteintes sur terre ces jours là, mais qui ne cesseront de briller dans ce grand jardin …
J’ai retrouvé le morceau de mémoire qui me manquait …
Tu sais ma tante, aujourd’hui, la mémoire, c’est ce qui nous manque, dans cette période qui nous place plus que jamais face à notre histoire …
Et maintenant, tante Perla, oncle Jacques, et toi Albert,et toi Jean, je peux vous laisser dormir.
Votre nièce et cousine
Eve Penso

© Reproduction autorisé avec le lien Parole Franco Juive

Publicités

7 réponses à “Tu étais dans le convoi 67…

  1. Elle s’appelait Rachel, elle était dans le convoi n°67 au départ de Drancy le 03 février 1944. Elle était ma tante, plus exactement ma grand-tante. Elle a vécu le même enfer que votre tante au même moment, au même endroit. Avaient-elles fait connaissance ? Ont-elles parlé ensemble de leur peur, de leur angoisse ? Se sont-elles réconfortées mutuellement ? nous ne le saurons jamais mais ce qui est certain, c’est qu’elles se sont croisées et qu’elles ont souffert ensemble. Jai lu votre lettre avec beaucoup d’émotion et bien que nous ne nous connaissions pas, le hasard a voulu que votre tante ainsi que la mienne aient le même destin tragique. Perla et Rachel, deux étoiles éternelles.

    • Je suis extremement boulversée de votre témoignage. Rachel et Perla ont vécu le meme enfer, et nous les avons gravées dans notre mémoire. Je me pose beaucoup de questions encore, quand à leurs sort à leurs arrivées…
      Mais, tout ceci ne peut être le fruit du hasard, quelles etaient les probabilités pour que vous lisiez cet article ?
      Peut être avez vous d’autres renseignements que je n’ai pas, des détails … Devions nous aussi nous rencontrer ici ?

  2. Les probabilités pour que je lise cet article étaient effectivement très minces. J’ai trouvé le lien de votre site sur une page facebook par hasard, une nuit d’insomnie. J’avoue qu’en lisant « convoi 67, Drancy le 3 février 1944, j’ai ressenti un étrange sentiment. Coïncidence à la fois étrange et bouleversante. Je n’ai hélas pas plus d’informations à vous communiquer, les seuls éléments que j’ai pu obtenir se trouvent le site du mémorial de la Shoah. Toutefois, si vous le souhaitez, vous pouvez me transmettre votre adresse email afin que nous partagions notre émotion de façon plus « privée ».

  3. Bonjour,

    J’ai trouvé ce lien sur la page facebook d’une de mes amies.
    En lisant votre histoire, j’ai été profondément ému.
    Je reprendrai vos paroles « l’histoire d’un peuple » et merci de le partager avec nous.
    Amicalement

    Sylvie

  4. Pingback: Les diplomates Turcs pendant la Seconde Guerre Mondiale : Des "justes" qui ont sauvé des juifs | Parole Franco Juive

  5. Il s’appelait Eugène et il était lui aussi dans le convoi n°67 du 3 février 1944. Arrêté à Bordeaux en pleine rue (probablement le 10 janvier 1944) alors qu’il rentrait chez lui, il est arrivé à Drancy le 12 janvier 1944. Ce qu’Eugène ignorait à ce moment là c’est qu’il allait être papa pour la première fois en août.
    72 ans plus tard c’est avec l’accord de son fils Jérôme que je continue les recherches. Jérôme, à qui on a caché la vérité sur la déportation de son papa durant toute son enfance. Adulte il a fait des recherches au Mémorial de la Shoah et était parvenu à obtenir une copie du registre de Drancy ainsi que le reçu concernant l’argent que son papa avait sur lui.

    Eugène n’aura survécu qu’un peu plus d’un mois aux travaux forcés, aux mauvais traitements et aux conditions de vie inhumaines du camp de travail de l’IG Farben, Buna/Monowitz aussi connu sous le nom d’Auschwitz III. C’est la maladie qui l’aura emporté, c’est tout ce que Jérôme savait à ce jour grâce à un survivant qui a écrit à sa famille à son retour de déportation.

    Depuis, au fil des recherches sur internet j’ai trouvé le numéro qui lui a été attribué après sa sélection au camp d’Auschwitz/Birkenau ainsi qu’une copie du registre de « l’infirmerie » de Buna/Monowitz où son numéro et son nom apparaissent. C’est peu me direz vous mais tellement important pour son fils qui n’avait pas de nouvel élément depuis bien des années.

    C’est une recherche sur internet qui m’a emmené sur votre page, c’est très émouvant de retrouver l’histoire d’autres déportés qui, peut être, l’ont connu, ont parlé avec lui à Drancy et ont fait ensemble ce trajet vers l’enfer dans ce convoi 67

    Amicalement
    Cathy

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s