Galerie

Une femme lybienne violée par des soldats et enlevée par le régime devant les journalistes internationnaux

 Tripoli (libye), hier. Cette femme affirme avoir été violée durant deux jours par des hommes du régime.
Tripoli (Lybie), Cette femme a été violée pendant deux jours par des soldats lybiens.
Entrez la légende de la vidéo ici

Elle a fait irruption à l’hôtel Rixos à Tripoli où loge la presse étrangère. Dans le restaurant, à l’heure du petit déjeuner, elle ouvre son manteau et montre des ecchymoses et des cicatrices sur ses cuisses, affirmant avoir été torturée et violée par des hommes du régime libyen. Les journalistes brandissent leurs caméras, appareils photo et blocs-notes pour prendre ce témoignage inédit.

Mais l’intervention des agents de sécurité omniprésents à l’hôtel est brutale. Des journalistes malmenés, une caméra d’une chaîne occidentale endommagée et des téléphones portables arrachés.
Les larmes aux yeux, la jeune femme dit avoir été torturée et violée à « plusieurs reprises » par les « kataeb(bataillons) de Kadhafi ».
Se présentant comme Iman al-Obeidi, elle dit avoir été arrêtée à un poste de contrôle de Tripoli parce qu’elle était originaire de Benghazi, deuxième ville du pays et fief de l’opposition, à un millier de kilomètres à l’est de Tripoli. « Ils m’ont lié les mains et ont abusé de moi durant deux jours », ajoute-t-elle, montrant des contusions sur ses poignets.

Emmenée à l’hôpital pour une évaluation psychiatrique
« Filmez, filmez, montrez au monde tout ce qu’ils m’ont fait », lance-t-elle en direction des journalistes, au moment où les agents de sécurité tentent de la conduire à l’extérieur.
La tension est palpable au cours d’une conférence de presse qui suit. Le vice-ministre des Affaires étrangères est venu dénoncer le « soutien » des forces de la coalition internationale aux rebelles. Mais les journalistes n’ont qu’un seul souci : quel sort sera réservé à la jeune femme ? Esquivant les questions sur ce « cas », il assure que la femme va être « traitée conformément à la loi ». « Elle a été emmenée dans un hôpital pour qu’on puisse s’assurer de ses capacités mentales », ajoute peu après un porte-parole du régime.
Devant l’écho médiatique de cette histoire, ce dernier change de discours dans la soirée et reconnaît « un acte criminel ». « Elle a été interrogée au bureau d’investigation criminelle où elle a déposé plainte contre quatre ou cinq personnes », explique-t-il. « Elle va bien et elle est en sécurité », assure-t-il.

Le Parisien

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s