Galerie

Israël – Les gauchistes solidaires des terroristes

Des monstres et des assassins se sont exclus du Peuple Juif

Par Shraga Blum, publié dans Aschkel infos
La fête de Pessah’ célèbre la naissance du peuple juif en tant que tel.
Le creuset égyptien a fait passer les 70 membres de la famille de Jacob en une nation forte de plusieurs millions de personnes. Et ce fut Pharaon qui utilisa pour la première fois l’expression de “Am” (Peuple), pour définir les Enfants d’Israël.
Tous les commentateurs bibliques ont relevé la similitude sémantique entre le mot “Am” (Peuple), et le mot “Im” (Avec)», qui s’écrivent avec les mêmes consonnes.
L’explication généralement donnée est simple : un peuple est composé de gens qui ont le sentiment du « vivre-avec », d’un destin commun vécu «pour le meilleur et pour le pire». De là découlent des sentiments tels que la solidarité nationale, l’empathie pour la souffrance de l’autre, le front commun lors de l’adversité et le dépassement des divergences naturelles d’opinion au profit de l’amour du prochain.
Toutes ces valeurs ont été piétinées avec mépris cette semaine par des organisations israéliennes d’extrême-gauche, qui prétendent lutter pour de droits de l’Homme mais qui en réalité sont atteints d’une grave pathologie de haine de soi.

Ce qui s’est passé cette semaine dans le village d’Awarta d’où sont sortis les deux assassins des cinq membres de la famille Fogel est tout simplement surréaliste.
Alors que l’immense majorité du peuple d’Israël a découvert avec stupeur qui étaient les assassins d’Oudi, Ruthy, Yoav Elad et Hadass Fogel, Hachem yikom damam, et les a entendus dire sans sourciller qu’ils ne regrettaient rien de leur atroce méfait, des membres de plusieurs organisations gauchistes israéliennes se sont rendues au domicile…des familles des deux assassins pour leur manifester leur « solidarité » !!
Ces ordures, car il n’y a pas d’autres mots pour les qualifier, sont membres d’organisations connues telles que « Gush Shalom » d’Ouri Avneri, de «Femmes pour la Paix », « Hommes sans frontières », « Betzelem »,
« Coalition des Femmes pour la Paix », « Yesh Gvoul » etc.

A la veille de la publication des noms des deux terroristes qui avaient déjà été arrêtés par l’armée, ces « combattants de la paix » sont venus en expédition organisée depuis Tel-Aviv, Kfar Saba et Jérusalem pour
« manifester leur solidarité envers les familles des deux assassins face à la brutalité…de Tsahal !
On tombe de la chaise lorsqu’on entend ce qu’a ressenti l’un d’eux, Yaakov Manor, en entrant dans la maison de l’un des assassins, Amjad Hakam :
« L’horreur que nos yeux ont découverte est indescriptible et ne peut être définie que comme un véritable progrom, une vengeance primitive et brutale qui n’avait d’autre objectif que de semer la terreur dans la population du village… ».
Dans les maisons des deux assassins, il n’y a eu ni mort ni blessé, ni même dégâts matériels.

Amit Segal, journaliste à Arutz 2, qui rapportait ces faits, a conclu avec ironie « que ces militants n’avaient probablement pas eu le temps depuis un mois de se rendre au domicile des familles Fogel et Ben-Ishaï pour leur manifester leur solidarité…”

Cette manifestation indécente n’a pour le moment hélas entraîné que de rares réactions indignées en Israël.
Le mouvement « Israel Sheli » a publié un communiqué demandant
« à ce que ces organisations soient une fois pour toutes mises hors-la-loi
« Ceux qui parmi nous soutiennent les assassins d’enfants n’ont pas leur place dans la société », précise le communiqué, qui poursuit ainsi :
« Le soutien au terrorisme de la part d’organisations israéliennes, qui se rajoute à l’incitation quotidienne à la haine de la part de l’Autorité Palestinienne, et aux actes insensés tels que celui d’Amos Oz vis-à-vis du terroriste Barghouti aboutissent à la fin du compte à l’apparition de monstres tels que les assassins de la famille Fogel ».

Le député Dr. Michael Ben-Ari (Ihoud Leoumi) s’est adressé au Conseiller juridique du gouvernement afin qu’il ouvre une enquête pénale contre ces organisations « qui manifestent leur solidarité avec les terroristes et leurs familles ». « Montre-moi qui tu soutiens et je te dirais qui tu es », rajoute Ben-Ari.
Pour la députée Likoud Tsipi Hotoveli, « ces militants de gauche ont atteint le bas de l’échelle de la moralité, en courant vers nos ennemis et en allant consoler des familles de terroristes vivants, mais en étant incapables de montrer la moindre empathie envers leurs frères juifs qui ont subi la tragédie d’Itamar ».
Ces traîtres à leur peuple ne sont même plus de l’ordre du « Méchant » de la Haggada de Pessah’, ils sont ce « 5e enfant », celui qui n’est même plus à la table familiale car il a complètement abandonné le destin de son peuple. Ou trahi.

La Gauche doit faire son Méa Culpa

Le ministre des Affaires étrangères, Avigdor Lieberman, a réagi à l’arrestation des assassins de la famille Fogel en lançant un appel à la gauche, qui a réagi de manière indigne à l’attentat d’Itamar :
« J’appelle les chefs des partis de gauche, des partis arabes, les responsables des organisations des droits de l’homme et certains grands journalistes à faire leur mea culpa après les aveux des terroristes. Toutes ces personnes qui se sont précipitées pour mettre la responsabilité de cet acte barbare sur les habitants juifs de Judée-Samarie et les salir aux yeux de l’opinion publique doivent aujourd’hui faire une sérieuse introspection” ».
Après l’attentat, toutes ces catégories citées se sont immédiatement alignées sur les réactions classiques à l’étranger dès qu’il s’agit du meurtre de juifs, en expliquant voire en justifiant cet ignoble assassinat par les soi-disant « exactions des juifs de Judée-Samarie envers les Arabes palestiniens ». Or, les deux terroristes ont avoué ce que d’aucuns savent depuis toujours, à savoir « qu’ils ont voulu tuer des Juifs et mourir en martyrs (shahid), sans lien aucun avec vengeance quelconque ».
Ils ont même osé dire « qu’ils ne regrettaient rien de leur acte » et que pour eux, « un bébé juif avait le même statut qu’un adulte ».
Dans la gauche israélienne, ceux qui ont la sale habitude de réagir aux attentats en Judée-Samarie en déclarant « que ces habitants ont pris leurs risques en s’installant dans ces régions » devront un jour dire comment ils expliquent les tirs sur Ashkelon, Ashdod et Ofakim, sur un bus scolaire qui roule sur une route du Néguev ou une bombe posée en plein Jérusalem.

La peine de mort pour les monstres d’Itamar

Par Claire Dana -Picard
Juste après l’annonce de la capture des assassins d’Itamar, plusieurs personnalités politiques ont appelé à l’application de la peine de mort contre ces monstres qui ont perpétré un horrible massacre et n’ont pas émis le moindre regret.
La députée Likoud Tsippi Hotovéli a déclaré que « la peine de mort était la seule peine que méritaient ceux qui avaient assassiné de sang froid et avec une telle cruauté les membres de la famille Fogel ». Elle a ajouté : « Cet odieux massacre doit réveiller l’Etat d’Israël et l’inciter à changer de méthode dans sa lutte contre les terroristes ». Elle a encore précisé : « Il est inadmissible que des terroristes aussi abjects bénéficient de certains droits, pendant leur détention dans une prison israélienne, et servent plus tard de monnaie d’échange dans une transaction quelconque. La peine de mort rendra justice et servira de moyen de dissuasion face à nos ennemis ». 

Hotovéli n’est pas la seule à émettre cette opinion :
le vice-ministre druze Ayoub Kara a lui aussi estimé que la peine capitale était le seul châtiment envisageable pour de tels monstres. « La politique d’apaisement, de concessions et de liberté d’action ne fait que motiver davantage encore ces assassins assoiffés de sang, qui tuent des innocents, a-t-il affirmé. C’est le moment de changer de politique ».

Le député Ouri Ariel (Ihoud Leoumi) a appelé lui aussi les autorités à prononcer une sentence de mort contre les meurtriers. Il a ajouté : « Il n’y a aucun autre prix à faire payer à ces massacreurs d’enfants » et il a ensuite cité un texte des sages (Hazal) : « Celui qui a pitié d’hommes cruels finira par se montrer cruel avec des gens miséricordieux ».

Le président du conseil des localités de Samarie, Benny Katsover, a réagi à son tour à la capture des assassins. Il a déclaré : « Comme tous les Juifs du monde, je remercie les forces de sécurité pour la capture des meurtriers. Mais on ne peut ignorer dans ce contexte le fait que l’armée fait preuve de faiblesse face aux terroristes, suivant en cela les directives du ministre  de la Défense Ehoud Barak »
Katsover a notamment dénoncé la levée de nombreux barrages militaires dans la région et les provocations permanentes des terroristes. Il a souligné que pour éviter les attentats, il fallait avant tout utiliser une force de dissuasion face aux terroristes, ce qui, selon lui, n’a aucune chance d’être appliqué dans la conjoncture actuelle et avec ce gouvernement.

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s