Galerie

La DAIA gagne contre le géant Google ou une petite victoire sur l’antisémitisme argentin

Par Eve P.
DAIAProcès gagné contre Google par la DAIA, Délégation des associations israélites argentines (le CRIF argentin).

La justice ordonne à Google de retirer des liens vers des sites antisémites

En Argentine, la DAIA avec son président M. Aldo Donzis,  a gagné un procès contre Google,
Une cour de justice argentine a ordonné au moteur de recherche de retirer des liens vers des sites incitant à la violence et à la propagation de slogans racistes et antisémites, qui sont illégaux en Argentine.
La DAIA avait présenté une liste de 76 sites, jugés antisémites.

Le pays ou les Juifs vivaient relativement tranquilles serait face à une recrudescence d’antisémitisme décuplée depuis quelque années par l’augmentation et l’influence de tous ces sites néo-nazis et islamistes.
La justice a tranché, le géant Google a perdu, Enfin !!!

Situation de la communauté Juive d’Argentine face à l’antisémitisme et au terrorisme ces dernières années :

11 mai 2011, Le grand rabbin Moshé Cohen de Buenos Aires et directeur de l’école Heichal HaTorah  a été violemment battu, frappé par un jeune néo-nazi armé d’un nunchaku avec les cris de “Juif, Juif… Sale Juif” à la veille de Yom  Haatsmaout,  l’anniversaire de l’Indépendance d’Israël. 
Celui-ci sera hospitalisé pour des blessures graves à la tête et l’agresseur  arrêté par la police.

Dan Diker secrétaire du CJM (Congrès Juif Mondial) déclarera :
Le fait que ce qui s’est passé à la veille de Yom Haatsmaout est très inquiétant.”
“L’Argentine a souvent offert un bon climat empli de tolérance pour les Juifs, et, heureusement, les incidents antisémites de ce genre sont rares. Toutefois, les autorités de Buenos Aires ne doivent pas ignorer cette affaire et toutes celles qui éclatent depuis quelques mois. Tous les tags antisémites sur les murs. L’Argentine doit faire son possible pour que ce genre de chose ne se reproduise pas… “

2009 : Attaque de la la foule célébrant Fête de l’Indépendance à proximité de l’ambassade d’Israël

 Il faut savoir que la la loi anti-discrimination de l’Argentine prévoit des peines de prison pour des attaques qui sont fondées sur la haine religieuse ou raciale.

1992, l’attentat contre l’ambassade d’Israël à Buenos Aires
Vingt-neuf morts.

1994, Attentat contre le Centre communautaire juif AMIA qui était celui de l’importante communauté juive locale.
Quatre-vingt-cinq morts, 240 blessés1992 A

1992 2

 

Situation tendue avec Israël ?

On peut remarquer depuis quelque temps que les relations entre Israël et l’Argentine seraient peut-être affectées par les récentes révélations du quotidien argentin  Perfil .
D’après des sources diplomatiques iraniennes du le journal Perfil, le gouvernement de Cristina Kirchner à Buenos Aires serait en pourparlers avec l’Iran dans le but d’enterrer l’enquête sur les attentats commis en 1992 et 1994..
Elle aurait fait une proposition en janvier dernier auprès de la Syrie, pour qu’elle fasse office d’intermédiaire entre l’Argentine et l’Iran, afin de faciliter le rapprochement des deux pays et d’accroître leurs échanges commerciaux.
L’affaire est suivie de près en Israël où l’on demande des éclaircissements à l’Argentine alors que normalement dans quelques jours le ministre argentin des Affaires étrangères doit effectuer une visite en Israël.

La justice argentine avait rapidement soupçonné l’Iran et ses alliés du Hezbollah libanais et Ahmad Vahidi, un des cinq plus importants iraniens recherchés par Interpol (mandat émis en 2007 sous la forme d’un «avertissement rouge», affirmant qu’il peut aider l’Argentine à appréhender Vahidi et les quatre autres responsables iraniens recherchés coupables de l’attaque.
L’Union européenne décida de lui interdire l’entrée aux Etats membres pour ses implications présumées dans l’un de ces attentats. De son côté, l’Iran a toujours nié.

Le 19 aout, le Président Ahmadinejad avait annoncé la nomination de Ahmad Vahidi comme ministre de la Défense
La vraie nature du régime iranien était ainsi une fois de plus révélée au monde en nommant un terroriste recherché par Interpol au ministère de la Défense.
Il parait cependant découlé de source qu’un Président antisémite et  négationniste et qu’un  régime soutenant le terrorisme désigne un terroriste mondialement recherché responsable du dit massacre comme ministre de la Défense.
La promotion iranienne de Vahidi au ministère de la Défense n’avait pas semblé choquer les grandes instances mondiales et encore moins le commun des mortels.
Eve P.

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s