Galerie

Philippe Karsenty ne craint ni les médias français ni leurs guerres ….

Samedi 21 mai 2011

Philippe Karsenty, ennemi public n°1 des médias

Philippe Karsenty donnait une interview au quotidien Yedioth Ahronoth. En voici quelques extraits pour Drzz.fr.

Philippe Karsenty a depuis longtemps un contentieux avec les médias français. Le procès en diffamation que lui a intenté France 2 lui a coûté, mais en fin de compte, il est parvenu à défendre sa réputation.

Karsenty, 44 ans, est le maire adjoint de Neuilly-sur-Seine. Il a l’intention de se présenter aux élections législatives françaises (note de JPG : à l’un des postes créé pour les français de l’étranger). Pour obtenir des voix, il voyage en Israël, en Italie, en Grèce et en Turquie.

Karsenty a fait les manchettes des journaux en 2004, lorsqu’il a été assigné en diffamation par France 2. Karsenty a soutenu que les prises de vue du correspondant de France 2, Charles Enderlin, étaient une mise en scène. Ce reportage portait sur la mort de l’enfant palestinien Mohammed al Dura, pris avec son père sous le feu croisé des militaires de Tsahal. Ces images très dures ont choqué le monde entier en suscitant une colère intense contre les militaires de Tsahal. Au même moment, ont eu lieu les manifestations dans les villes palestiniennes, qui sont devenues l’Intifada Al Aqsa.

Au début, Tsahal avait assumé la responsabilité de la mort de l’enfant. Par la suite, la commission d’enquête a statué qu’il était plus probable qu’ils avaient été atteints par des balles tirées du côté palestinien.

Karsenty a soutenu quelque chose de totalement différent. Selon lui, tout le reportage était une mise en scène, du début jusqu’à la fin, une manipulation médiatique par les Palestiniens, dans le dessein de salir le nom d’Israël, et de présenter les Palestiniens comme de pauvres victimes. Karsenty n’a pas craint de s’en prendre à la chaine de télévision en l’accusant de bidonnage. A la suite de ça, la chaine de télévision a déposé une plainte en diffamation contre lui. La cour a rejeté ses allégations. Karsenty a perdu, mais il a fait appel.

En septembre 2007, la Cour d’Appel a ordonné à la chaine de télévision de fournir les rushes originaux. Dans les rushes, on peut voir l’enfant al Dura lever le bras, la jambe et bouger après que le correspondant ait affirmé qu’il était déjà mort. D’autre part, on ne voit aucune tâche de sang sur ses vêtements. Un rapport d’expertise a été présenté à la Cour par un expert balistique français qui a déclaré qu’il n’y avait aucune possibilité que l’enfant ait été tué par les balles des militaires de Tsahal, qu’il n’y avait aucune preuve que l’enfant ait été blessé ou tué et qu’il était probable qu’il s’agissait d’une mise en scène. Au terme d’un procès long et épuisant qui a été très onéreux, Karsenty a été relaxé.


Yedioth Ahronoth: A combien évaluez-vous que vous a coûté  le procès contre la chaine de télévision française ?

Philippe Karsenty : « Ne me demandez pas. Beaucoup. Le procès a duré des années, mais en fin de compte, j’ai gagné. »

YA : Que s’est-il passé après votre relaxe ? Vous a-t-on présenté des excuses ?

PK : « Au contraire. Huit cents journalistes français ont signé une pétition contre moi. La vérité ne les intéressait pas. De leur point de vue, j’avais attaqué la presse française. Canal+ a ensuite produit un film documentaire de 52 minutes destiné à me salir, dans le but de renforcer la supercherie al Dura. J’ai la satisfaction de pouvoir affirmer aujourd’hui que je suis le cauchemar des médias français. »

YA : En fait, qu’avaient contre vous les autres journalistes français qui ont signé une pétition après votre relaxe ?

PK :« Les médias français savent que, si les mensonges de France 2 sont révélés, leurs mensonges à eux aussi seront dévoilés. France 2 est une honte pour France. Cette chaine doit être sanctionnée pour ce qu’elle a fait »

YA : Vous-même qui êtes né et avez grandi en France, ressentez-vous l’antisémitisme là-bas ?

PK : « Tous les jours, et plus spécialement dans l’environnement intellectuel et politique. »


YA : De nombreux Juifs français sont venus vivre en Israël à cause de cet antisémitisme. Vous n’avez pas vous aussi songé à aller vivre en Israël ?

PK : « J’aime Israël et je suis fier d’être Juif, mais à ce stade, je ne me vois pas vivre en Israël. »

YA : Vous êtes attaqué par les médias français. Vous vous êtes engagé en politique après avoir été financier et alors que vous gagniez bien votre vie et que tout était plus tranquille pour vous. Ne regrettez-vous pas parfois la voie que vous avez empruntée ?

PK : « Oui, ça m’est arrivé de regretter et je me suis dit : qu’est-ce que j’ai besoin de tout ça ? Mais je suis passionné par ce que je fais. Je crois que cette activité est très importante. La vérité doit être dévoilée. Les Français font l’objet d’un lavage de cerveau de la part des médias qui emploient des expressions anti-israéliennes comme : ‘l’occupant israélien’, ‘les territoires occupés’. Cela a un impact sur la manière avec laquelle les Français perçoivent Israël. »

YA : Est-ce que les Juifs français tentent de faire quelque chose contre les médias ? Ecrivent-ils des lettres ? Prennent-ils le téléphone ?

PK : « Oui, beaucoup font cela, mais les médias poursuivent leur couverture mensongère et hostile à Israël. De plus, les politiques français ont toujours été très proches des dictateurs arabes. C’est problématique pour Israël du fait que la France a un poids dans la politique internationale. »

YA : Quelle est votre opinion sur Sarkozy ?phillipe_karentsy_001_2

PK : « J’ai connu Sarkozy en 2002. Il n’était même pas encore ministre. Il m’a dit : le Golan est syrien. Je lui ai répondu que je n’étais pas d’accord avec lui. Sarkozy m’a alors dit que si je ne suis pas d’accord, que je me présente contre lui. C’est ce que j’ai fait et j’ai perdu. Sarkozy affirme qu’il est un ami d’Israël, mais au cours de son mandat, sa politique est devenue de plus en plus hostile à l’Etat Juif. Lorsque je me suis présenté contre Sarkozy, j’ai découvert la supercherie al Dura et j’ai alors compris que les mauvaises politiques sont fondées sur de mauvaises informations. »

« L’atmosphère intellectuelle en France est très hostile à Israël » affirme Karsenty, « et c’est ce qui rend possible l’antisémitisme en France. La plupart des journalistes en France sont très anti-israéliens. La couverture médiatique du Moyen-Orient est tendancieuse. Quand Israël se défend contre les attaques des Palestiniens (tirs de Kassam) les chiffres indiquent une augmentation de la violence antisémite en France. »

Karsenty n’apprécie pas la presse, tout du moins, pas la presse française.

On peut comprendre la réserve, voire la méfiance, de Karsenty vis-à-vis des médias, bien qu’il soit satisfait de pouvoir être interviewé par moi. Il a besoin de se faire connaître à l’étranger, car il est ostracisé par les journalistes français. Et pourtant, il est très important pour lui, aujourd’hui d’avoir accès aux médias, afin de faire campagne pour les élections législatives de 2012.

Karsenty, il faut le reconnaitre, est un homme courageux et déterminé. Toutefois, à certains égards, il ressemble à un Don Quichotte qui part combattre des moulins à vent. Il lutte contre les médias français qui s’obstinent à dépeindre Israël négativement et les Palestiniens comme les malheureuses victimes de l’occupation. Mais il ne craint pas les médias français et la guerre qu’ils lui ont déclarée.

Pour l’électorat juif, il semble que Karsenty soit absolument le choix le plus naturel. Toutefois, deux autres candidats pour le siège qu’il brigue à l’Assemblée Nationale sont eux-mêmes Juifs.

YA : Que pensez-vous de vos chances d’être élu à l’Assemblée nationale ?

PK : « Certains estiment que j’ai de très bonnes chances de remporter cette élection. C’est une occasion unique pour les Français d’Israël d’élire au Parlement quelqu’un qui soutient Israël. La France est un pays important qui a un siège permanent au Conseil de Sécurité des Nations Unies. Elle a une influence importante sur ce qui se passe au Moyen-Orient. Il y a deux autres candidats juifs qui se présentent pour cette circonscription. Ce serait regrettable que cette élection se transforment en une guerre entre Juifs. Certains candidats souhaitent seulement mesurer leur popularité, mais ils ne comprennent pas ce qu’est la politique. Mon élection sera une bonne chose pour la France et pour Israël. Le monde entier se heurte à l’Islam radical. A travers mon soutien à l’Etat d’Israël qui se trouve en première ligne dans le combat contre le terrorisme, je soutiens les Etats européens qui ne prennent pas encore suffisamment au sérieux la menace islamiste. »

Propos recueillis par Ayala Or-El

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s