Galerie

Nafissatou risque l’expulsion des Etats-Unis

Par Frédéric Ploquin – Marianne

Mensonge devant le Grand Jury, fraude fiscale, Nafissatou risque même l’expulsion du territoire américain. Voici pourquoi.

(dessin - Louison)

(dessin – Louison)

Elle est la femme aux deux visages. Nafissatou (pour l’état-civil) et Ophélia (pour le Sofitel). Femme de ménage immigrée et syndiquée, la voilà professionnelle du sexe. Sainte nitouche abonnée à la mosquée, mère de famille en pleine abnégation, adoubée par les sages de la communauté guinéenne, la voilà avec la DEA (Drug Enforcement Administration) aux fesses pour un présumé blanchiment d’argent. Mise au secret dans un hôtel de Brooklyn, elle se serait mise aux passes. Elle était celle qui a dit non, la voilà celle qui dit oui.

La photo de la suite 2806

La photo de la suite 2806

Et ce n’est que le début de ses ennuis.
L’icone de la revanche noire risque gros si son protecteur, le procureur de New York Cyrus Vance, se retourne contre elle. Elle était le témoin le plus crédible qu’il n’ait jamais rencontré ; elle s’est démonétisée brusquement pour une bribe de conversation avec son mari incarcéré pour trafic de marijuana, au risque d’entrainer le procureur, élu du peuple, dans sa chute. Vance pourrait s’en prendre à elle de plusieurs façons. Le mensonge est classé au rang de parjure selon les canons du droit américain. Elle a menti lors de la « négociation » de son premier titre de séjour aux Etats-Unis, offrant plusieurs variations d’une histoire emprunte de viol et de terreur. Elle a surtout menti devant le grand jury qui l’a entendu en qualité de « témoin », après avoir prêter serment. En brodant un scénario plusieurs fois corrigé sur les minutes où se noue l’Affaire, elle a négligé l’un des dix commandements. Aux Etats-Unis, cela ne pardonne pas.
« Le serment est la pierre angulaire de tout le système », dit un avocat franco-américain. Les sept chefs d’accusation présentés à Dominique Strauss-Kahn reposent sur ce témoignage plus si fiable.
Elle risque également d’être poursuivie pour fraude fiscale, l’arme avec laquelle on a fait tomber Al Capone. Elle a déclaré un enfant qui n’existait pas pour toucher des allocations. Elle a triché sur ses revenus pour obtenir un logement social. Un incroyable retournement, quand l’opinion s’attendait à voir la faible, pour une fois, triompher du fort…
Cyrus Vance a une autre option. Il peut simplement décider d’expulser d’un seul bloc Nafissatou, consacrée par une manif de femmes de ménage devant le palais de justice de Manhattan, et Ophélia, miss je me débrouille pour survivre en Amérique. Ce serait une triste fin pour une femme qui aurait pu devenir reine de Guinée.

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s