Galerie

"Deux Etats pour deux peuples", la sémantique taqqiyesque du Quai d’Orsay

Par Yosef Kutner
Mon respect pour Alain Juppé et les spécialistes de la sémantique au Quai d’Orsay est monté encore d’un cran.

juppéQuand la France, par la voix de son Ministres des Affaires Etrangères, a évoqué la nécessité de reconnaître l’état d’Israël comme l’état-nation du peuple juif et bien sûr la future Palestine comme l’état-nation du peuple palestinien, on aurait pu penser qu’un grand pas en avant avait été fait.

Ce qui m’a mis la puce à l’oreille, ce sont les propos contradictoires du même Alain Juppé quelques jours auparavant. Comment, disait-il, pouvait-on considérer Israël comme "l’Etat Juif" alors qu’il a des citoyens arabes ? Ce faisant, il commettait la même erreur que d’habitude en considérant que "Juif" signifie "de religion juive" alors qu’il signifie simplement "du peuple juif". Il est clair que toutes les religions sont admises en Israël et qu’il n’y a aucune discrimination légale entre ses citoyens juifs, arabes ou autres. Il n’en va absolument pas de même dans les pays musulmans, comme chacun peut le constater: si les musulmans y ont moins de droit que les arabes israéliens, les autres religions y sont encore plus mal servies.

Pourquoi donc cet apparent revirement à 180 degrés ?

Eh bien, là encore, il s’agit d’un revirement purement sémantique. Israël est l’état-nation du peuple juif comme le Liban était l’état d’une majorité arabe chrétienne. On a pu constater que cet état de fait était quelque peu volatile. A quoi sert donc de nier ce fait ? Autant accorder à Israël cette petite concession sémantique qui ne présage pas d’un avenir plus sombre où la minorité arabe serait devenue une majorité ou tout du moins une minorité fragilisant le gouvernement démocratique d’Israël.

quai d'orsayD’un autre côté, la France sait pertinemment que la création d’un ‘état palestinien’ de plus (la Jordanie étant le premier d’entre eux) entraînerait le nettoyage ethnique de toute sa surface, comme c’est déjà le cas à Gaza et en Jordanie. Abbas l’a affirmé haut et fort, et il est considéré par la France comme ‘modéré’ !

Donc deux états pour deux peuples, mais le premier état devra être partagé, et encore c’est temporaire, alors que le second sera immédiatement "judenrein".

Après la rhétorique des "frontières de 1967" — qui ne sont en fait que la ligne d’armistice de 1949, dite "Ligne Verte" — la France nous propose un Etat d’Israël qui certes héberge temporairement le peuple juif mais qui sera réduit à 18% de la Palestine du Mandat Britannique, avec une capitale coupée en deux comme au bon vieux temps de Berlin Est et Ouest, et des frontières parfaitement indéfendables. La ‘Palestine’ aura elle peut être trois états: la Jordanie, la Judée Samarie et Gaza, tous devenant aussi ingouvernables que les états arabes de la région et qui ne tarderont pas à trouver une victime expiatoire à leurs troubles internes.

Chapeau bas M. Juppé ! Quant à moi, j’attends toujours et encore la reconnaissance de Jérusalem comme capitale indivisible de l’état d’Israël, la nécessité de négocier les frontières avec les ‘Palestiniens’, les Syriens, etc.

Et surtout, j’attends la fin de la politique arabe de la France, qui n’a apporté que des malheurs aux peuples de la région.

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s